Pétition : stop aux subventions des éoliennes

Pétition : stop aux subventions des éoliennes

Déni de démocratie, abandon de souveraineté énergétique, destruction de pouvoir d’achat…‍

‍LA FACE CACHÉE
DU BIG BUSINESS
EOLIEN

Comment ils vous plument !

 

Claude Garrec

Chers contribuables, vous souvenez-vous de notre coup de gueule contre les éoliennes ?

 

Nous dénoncions le business ultra-juteux des promoteurs d’éoliennes qui se bousculent au portillon des SUBVENTIONS PUBLIQUES qui coulent à flot, et engrangent des rentabilités sur fonds propres de 25% !


Nous dénoncions ce business « zéro risque », 100% garanti par l’État pendant 15 à 20 ans et qui crache des milliards. Milliards prélevés dans nos poches. Tous les ans. Au profit des multinationales du vent.

 

Nous dénoncions avec virulence « ce système de transfert MASSIF de ressources » financé par le contribuable-consommateur, et qui permet « l’émergence de fortunes colossales », aux dires même du PDG d’EDF, M. Lévy.

Le scandale des SUBVENTIONS PUBLIQUES au profit du BIG business éolien PRIVÉ continue !

 

Et qui est-ce qui paye ?

 

Les Français ! Vous, moi. Contraints légalement de financer les gros bonnets de l’éolien. Contraints d’enrichir les « trafiquants du vent ».

 

Toujours plus...
M.Macron persiste, signe et impose

 

M. Macron voit grand. Il veut développer 40 gigawatts d’éoliennes d’ici 2050. Un carnage

 

50 parcs géants émergeront des mers : 80 éoliennes maritimes entre l’île d’Yeu et Noirmoutier. 62 en baie de Saint-Brieuc. Entre 50 et 80 autour de l’île d’Oléron… à Fécamp, entre l’île de Groix et Belle-Île-en-Mer…

 

Le littoral français sera sacrifié, de Calais à Nice. Exception notoire : le Touquet (lieu de résidence de M. et Mme Macron). Le projet éolien y a curieusement été enterré. Un miracle !

 

Et pour le terrestre ? Il veut doubler la puissance installée. En couvrant la France de 15 000/20 000 éoliennes supplémentaires. Parcs naturels, zones protégées… rien ne sera épargné.

 

Ces mastodontes vrombissants font 240 m de haut. Plus que la tour Montparnasse ! Il y en aura partout. Nous serons gavés ! Et elles nous coûteront une blinde :


145 milliards d'euros d'investissement PUBLIC, financé par...

 

… le budget de l’Etat, c’est-à-dire par les contribuables. VOUS et moi !

 

Patrice Cahart, Inspecteur général des Finances, chiffre l’investissement dans les infrastructures à 145 milliards. Colossal !

 

En 2018, la Cour des comptes chiffrait déjà à 121 milliards le soutien public aux éoliennes et aux panneaux solaires. Et tirait la sonnette d’alarme devant l’inefficacité de cette politique énergétique.

 

Et tout ça n’est que le début… car une fois produite, l’électricité d’origine éolienne va faire exploser votre facture énergétique. À vie !


Le prix de l'électricité va s'envoler. Et ce coût ira croissant jusqu'à devenir INSUPPORTABLE


« À Saint-Brieuc, on va produire l’électricité la plus chère de toute l’Europe » tempête l’eurodéputé F.X. Bellamy.

Y a pas photo : Le mégawatt (MWh) nous coûte 33 € avec NOTRE nucléaire, 91€ avec l’éolien terrestre, 145 € avec l’éolien en mer… éolien 100% détenu par des multinationales privées.

Pire : le prix du MWh éolien doit être multiplié par 2 si on raisonne en coût complet.

 

Et ça fait mal : le surcoût que vous payez (écart entre le prix éolien et le prix nucléaire), va directement dans la poche des multinationales du vent sous forme de SUBVENTIONS PUBLIQUES. Des milliards d’euros ! Vous payez, vous vous appauvrissez, ils s’enrichissent !

 

Mais il y a autre chose…

 

Plus on installe d’éoliennes, plus l’électricité coûte cher.

 

Au pays « pro-éolien », le consommateur allemand paye son électricité 70% plus cher que nous. Et au Danemark, qui carbure au vent (60% de son électricité), c’est encore plus cher.

 

Et ça c’était AVANT la guerre en Ukraine !

 

Je dis cela parce qu’une éolienne ne tourne que 25% du temps. Or nous avons besoin d’une production d’électricité régulière…alors il faut une solution « bouche-trou » :

 

On construit donc des dizaines de centrales à gaz fortement émettrices de CO2. Qui tournent avec du gaz qu’on achète pour l’instant encore pas cher à M. Poutine. Gaz qu’on importera bientôt liquéfié, par bateau, à des prix astronomiques.

 

N’oubliez jamais : l’électricité éolienne est un MIX VENT-GAZ. L’un ne va pas sans l’autre. 

L’énergie du vent est hors de prix.

 

Et les prix du gaz flambent : nous sommes sur une monstrueuse tendance de fond haussière. Vous n’avez encore rien vu !

Ouvrez les yeux. Ce MIX TUE votre pouvoir d’achat

 

Impôts, taxes, hausse du coût de l’énergie… nos politiques vous ponctionneront massivement. Par idéologie. Et ils vous imposeront leur idéologie de force :

 

Les éoliennes passent AVANT la démocratie !


Ce déni démocratique prend trois formes. Injustes, arbitraires et brutales.

  

1 – On donne le pouvoir aux lobbyistes & promoteurs du vent pour asservir les Français :

 

Omerta. Dissimulations. Désinformation. Sondages manipulés. Enquêtes biaisées. Ils vous mentent.

 

Et l’Elysée leur ouvre un boulevard ! Dégage les obstacles ! Légalise un système abusif.

 

Sur le terrain, les promoteurs passent en force. Ces monstres d’acier sont implantés de façon quasi totalitaire.

 

« Les promoteurs achètent les communes, les propriétaires, les exploitants des terres, les voisins… Et tout cela est légal.

 

On a monté un système totalement pervers », s’insurge Patrice Cahart.

 

Et la quasi-totalité des recours en justice par les citoyens ont été supprimés. Un véritable déni de démocratie.

 

2 – Les maires ont été dépouillés de leurs droits. Ils sont pieds et poings liés


Tous les maires peuvent se prononcer à l’unanimité contre un projet éolien, enquête publique et études d’impact à l’appui, c’est le préfet qui décide. SEUL. Sur ordre de Paris, il passe en force.


« Si je refuse l’autorisation, je risque des réprimandes de mon préfet de région, voire de Paris » avouait un sous-préfet.


Comprenez : pas bon pour l’avancement… mes intérêts priment.


Les préfets sont les agents du pouvoir central. Marionnettes aux ordres de l’Elysée, ils autorisent massivement les projets éoliens.


Laissant les maires et leurs administrés sans recours. Sur le carreau. Avec seulement leurs yeux pour pleurer. On impose et inflige sans scrupule les éoliennes aux Français. C’est une forme de tyrannie !

 

3 – Toutes les tentatives des représentants du Peuple en faveur des maires sont rejetées

 

Les sénateurs voulaient accorder aux maires le droit de s’opposer aux éoliennes. À l’Assemblée, des députés LREM se sont prononcés dans le même sens. Une majorité est d’accord !

 

Mais Barbara Pompili a tapé du poing sur la table : NIET !

 

De même, sénateurs et députés LREM étaient d’accord pour accorder au pouvoir local la faculté d’évaluer la distance minimale entre les éoliennes et les habitations. En 2010, la loi avait fixé la distance minimale à 500 mètres (les éoliennes mesuraient alors 100 m de haut. Contre 240 m aujourd’hui).

 

Là encore, Barbara Pompili a tapé du poing sur la table : NIET !

 

Assise dans son cossu salon doré boulevard Saint-Germain, la désormais ex-ministre de l’Ecologie n’en n’a eu que faire des nuisances avérées sur la santé, véritablement traumatiques. Les Français, eux, subissent !

 

Ils n’en n’ont rien à faire que vous payiez votre électricité plus chère. Que votre pouvoir d’achat soit amputé.

 

Dans leur logement de fonction citadin tous frais payés, nos politiques ne voient pas passer les factures d’électricité. Mais vous, vous les sentez passer !


Et les contre-pouvoirs dans tout ça ?
Où sont les contre-pouvoirs ?
Ils PIÉTINENT les Français !

 

Le Conseil d’Etat et les cours administratives ne condamnent que très rarement un projet éolien. Et pour le Conseil constitutionnel, le fait d’être privé du droit de « faire appel » n’est pas un problème.

 

Aujourd’hui, nous sommes dos mur :

Stopper les importations de gaz russe et compter sur le vent pour s’en sortir, c’est pure folie !

 

Les consommateurs-contribuables vont être saignés jusqu’à l’os.

La démocratie est bâillonnée. Les contre-pouvoirs à la botte.

Personne ne prend la DEFENSE des consommateurs-contribuables. Nous devons agir.

 

Nous, Contribuables Associés, sommes l’un des rares contre-pouvoirs encore vivant en France. Alors dressons-nous. Fièrement. Pour ne pas être broyés.


STOP à la dictature des éoliennes !
STOP aux subventions !

 

Cessons les investissements astronomiques aux frais de la princesse : 145 milliards… c’est insensé !

 

Stop aux milliards de subventions versés par l’État via les prix subventionnés ! C’est l’argent des Français qu’on distribue grassement aux multinationales du vent.

Tout cet argent, l’État le prend dans NOS poches.


C’est nous qui payons ! Et en plus ça va se retourner contre nous in fine, avec l’explosion du prix de l’électricité. Nous sommes pris en étau !

IL Y A URGENCE. Montons au créneau ! Alertons les Français. Ils sont massivement CONTRE les éoliennes. Signez la pétition ici ! 

 

Mais ils ne savent pas à quel point ça va les saigner. A quel point ça va amputer leur pouvoir d’achat…

 

Subventionner à milliards des multinationales privées, en ponctionnant massivement les contribuables français, c’est détruire leur pouvoir d’achat. Sciemment.

 

Et ce, alors que tant de Français n’arrivent plus à joindre les deux bouts et n’ont plus les moyens de se chauffer !

 

C’est indécent. Inconscient. Injuste. Et irresponsable.

 

Le 19 juin dernier, les Français ont repris le pouvoir à l’Assemblée nationale. Ils ont redonné aux députés le POUVOIR LÉGISLATIF dont ils avaient été PRIVÉS depuis 2017.

 

Les députés qui rédigent des propositions de loi ont à nouveau la capacité de les faire voter.

 

Un grand nombre d’entre eux, de droite et centre droit, sont contre les éoliennes. Mobilisons-les ! Interpellons Olivier Marleix, président du groupe LR, Marine Le Pen, présidente du groupe Rassemblement National et Aurore Bergé, président du groupe Renaissance. Ils ont le pouvoir de faire bouger les lignes.

 

C’est leur DEVOIR. Ils doivent prendre la défense des Français toujours plus ponctionnés.

Exigeons d’eux la suppression des subventions aux éoliennes. STOP aux prix subventionnés !

 

Pour ce faire, envoyez-moi vos trois INJONCTIONS D’AGIR signées et accompagnées de votre don pour financer ce combat en cliquant ici. Je les déposerai en votre nom, avec celles de tous les Contribuables Associés, à Mme Bergé, Mme Le Pen et M. Marleix.

Dépouiller les Français au profit des gros brasseurs de vent, c’est indigne. Brader notre souveraineté énergétique à des intérêts privés, c’est criminel !

 

Ils font ça par idéologie. Faisons-en une question d’honneur !

 

Tous unis, tout est possible. Pensez à toutes ces batailles que nous avons déjà remportées. Soyons fiers ! Ne lâchons rien.

 

Merci pour votre fidélité. Je compte sur vous. Vraiment.

 

 

 

 

 

 

 

Claude Garrec

Secrétaire Général de Contribuables Associés

Etude écologie : le nouvel eldorado du fisc

 

 

P.S : Dès réception de vos trois INJONCTIONS D’AGIR accompagnées de votre don, je vous enverrai gratuitement notre dossier spécial : Écologie – Le nouvel Eldorado du fisc. Edifiant !

 

J’irai déposer vos INJONCTIONS D’AGIR aux présidents de groupe à l’Assemblée nationale : pour que cesse la saignée des Français au profit des grosses multinationales du vent. Pour que cesse le déni de démocratie.

 

 

P.S.S : C’est maintenant qu’il faut frapper ! Les nouveaux députés sont fraîchement élus. Et les ministres tout juste nommés sont en train de fixer leurs priorités. Imposons-leur les nôtres !

 

Les informations vous concernant font l’objet d’un traitement informatique destiné à l’envoi de newsletters d’information, d’emails d’appels à signature de pétitions et/ou d’emails afin de collecter des dons. Vos données sont conservées en conformité avec les directives de la CNIL. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016, vous bénéficiez d’un droit d’accès, de rectification, de portabilité et d’effacement de vos données ou encore de limitation de traitement, en écrivant à Contribuables Associés 13 Rue du Quatre-Septembre – 75002 Paris – contact@contribuables.org .


‍Pour ne plus recevoir nos publications, cliquez ici